Témoignages

Témoignage de Mme B:

J’ai 64 ans, et ai commencé à perdre les sons aigus progressivement depuis l’âge de 40 ans pour arriver à la soixantaine à la perte totale des sons aigus (peut être dûe à un médicament pris dans mon enfance) ce qui a entraîné un handicap très important pour la compréhension de la parole et naturellement je n’entendais plus aucune sonnerie. J’avais réussi à compenser en partie mon manque de compréhension par la lecture labiale (séances chez orthophoniste ) mais handicap très lourd car j’étais dans l’enseignement.

J’ai arrêté de travailler à 57 ans pour cette raison, mais malgré cet handicap, je n’ai touché ma retraite qu’à 60 ans (le médecin du travail m’ayant refusé une retraite pour maladie). J’ai été naturellement appareillée par des intras, puis contours d’oreilles pendant une vingtaine d’années. Mais même avec ces appareils auditifs le résultat était médiocre et à la fin très insuffisant avec un réglage au maximum.

Après consultation au CHR de Lille, j’ai été implantée en mars 2007 de l’oreille droite – la rééducation, à raison d’une séance par semaine, a été très longue parce qu’au bout de quelques mois, ils se sont aperçus que j’avais conservé une partie des sons graves d’où changement de type d’appareil… Ma rééducation au CHR est terminée depuis juin 2008 et j’ai eu dernièrement mon dernier réglage de l’appareil, mais je continue chez l’orthophoniste, en privé, car malgré un progrès énorme pour la compréhension (« en face à face » je suis à 99 %), j’ai encore pas mal de problèmes dans la vie.

Mes difficultés actuelles viennent de personnes marmonnant, parlant trop vite, dans le bruit… Il m’était impossible répondre au téléphone avant mon opération. Maintenant je réponds parfois, mais il y a encore des appels téléphoniques où je ne comprends rien du tout, ce qui est stressant. Suivre la télévision est devenue un peu plus facile (avant même avec des écouteurs, j’avais du mal à suivre les infos) mais me demande beaucoup d’attention et pour les films le sous titrage est presque toujours obligatoire.

Pour faire comprendre mes difficultés actuelles, je vous parlerais de deux expériences. Nous voyageons parfois en groupe . Avant mon opération, je ne comprenais pas, dans le bus, un mot des explications du guide. Depuis mon opération lors d’un voyage fin 2008, j’ai compris la guide à 100 %, sans avoir à faire d’effort et quelle que soit ma place dans le bus ; au voyage suivant, avec une guide qui parlait aussi bien français et sans accent, je ne comprenais plus grand chose, voir rien du tout (mon mari a dit que le bus était plus bruyant !)

Pour conclure je dirais que c’est beaucoup, beaucoup mieux qu’avant, mais encore insuffisant pour me débrouiller seule. Aussi j’envisage de me faire implanter du côté gauche.

Une réflexion sur “ Témoignages ”

  • 19 janvier 2016 à 11 h 59 min
    Permalink

    bonjour
    Je suius maman d une jeune fille de 22 ans qui est sourde profonde bilatérale implantée de la deuxiéme oreille depuis trois ans car c était conseillée car elle est atteint d un syndrum d usher de type 1 . Elle a suivi une scolarité en integration jusqu à ses 18 ans ou elle a obtenue son brevet et son CAP;ensuite elle est rentrée au CRESDA pour deux ans pour savoir ce qu elle voulait aller pour rentrer dans le monde du travail puis elle a decidé de commencer en ESAT ce qui n a pas été facile car tous les dossiers qu elle a déposé et aux entretiens on lui a fait comprendre que sa place était pas en milieu protéger ,alors qu aujourd hui un etablissement lui a donner une place depuis un an . Le directeur est conscient qu elle n a pas sa place pour toute sa carrière mais ils vont l accompagner à prendre confiance en elle pour que dans le futur elle travaille en milieu ordinaire.
    Ce que je trouve pas correct c est qu elle travaille 35heure par semaine alors quand esat il gagne pas le smic ,elle doit payer handipole pour se rendre à son travail avec les dépenses de la vie quotidienne on lui accorde que 385 euros d AAH .lorsque je suis allée à la CAF pour une explication, on ma fait comprendre que si elle serait restée à la maison elle aurait toucher la totalité de l allocation .A ce jour le gouvernement à mis en place une nouvelle aide pour les personne qui on des faibles revenus ,j ai fait la simulation sur le site de la ca f avec son salaire elle n y à pas le droit,je me demande comment elle ferait si je n était pas là pour la loger et la nourrir!!!!Il faut vraiment se battre tout le temps avec les administrations pour eux en tant que maman ce qui est parfois pesant car parfois on se demande s ils sont bien integrés dans la société surtout à l époque ou l on vie

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*requis

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.